Lundi 7 avril 1 07 /04 /Avr 21:48
J'avais appris l'existence d'un cinéma disparu pas très loin de l'endroit où je créche. Mérimée, un indic, m'avait parlé d'un cinoche démoli à Athis-Mons et reconstruit dans une commune voisine. Une enquête s'imposait.

Première étape, le square des Cottages à Athis. C'est là que le cinéma se tenait, au n° 1. Son pedigree valait le détour: "Ciné-Sport", café, restaurant, hôtel de voyageurs, magasin de commerce, rien que ça...



Seulement voilà, les bombardements de 44 sont passés par là ... dernière scéance... plus aucune trace ne subsiste aujourd'hui:


Même le cinéma "Le Royal", construit à quelques rues de là est passé à la trappe. Meurtres en série...

L'enquête reprenait dans les brumes de la Seine, direction Ablon. Selon mon indic, le cinéma avait été reconstruit en 1955. Mes seuls indices pour le retrouver: une adresse, 3 rue Pierre Brossolette et un portrait d'époque.



Une fois sur place, je ne remarque rien. Et puis si, ce bâtiment un peu gauche, c'est bien lui... Il a pris de l'embonpoint et s'est fait refaire le portrait d'une façon un peu malheureuse. J'ai devant moi l'ancien cinéma "Les Reflets" transformé en lycée privé et bureaux.



Je me dis que les salauds qui ont fait le coup ont eu sa peau, mais n'ont pas réussi à faire disparaître le corps... Et c'est tant mieux

Quant à moi, mission accomplie
Par JBB
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 7 mars 5 07 /03 /Mars 18:22
De nouvelles photos ont été ajoutées aux albums:

- Album "Du temps qui passe": ancienne épicerie buvette à Savigny sur Orge et ancienne boutique à Juvisy

- Album "Edifices publics": perception, bains douches et poste de Savigny sur Orge; centre hospitalier de la Croix Rouge à Viry Chatillon; garage hélicoïdal à Grenoble et gare de Dieppe
Par JBB
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 10 janvier 4 10 /01 /Jan 20:55
La Maison du Tabélion est située à Gruey-lès-Surance, dans le département des Vosges, à quelques kilomètres de Bain-les-Bains. Elle appartient à mes parents depuis trente ans environ. Cette maison est à l'origine de ma passion pour l'architecture et le patrimoine. Elle a probablement déclanché en moi un long processus qui m'a dirigé vers le métier d'urbaniste.

undefined

L'aventure a commencé suite à une idée un peu folle de mes parents. De passage dans les Vosges au cours des années 1970, ils ont remarqué cette belle maison dotée de fenêtres à meneaux dont une partie remonte au XVI° siècle. Après des années d'abandon et d'humidité, elle menaçait ruine. La décision de la racheter a été rapidement prise afin de la sauver et "d'éviter qu'elle ne s'écroule". Ce credo a bercé mon enfance et m'a sans doûte sensibilisé au respect des "vieilles constructions".

Une fois l'acte de vente signé, il était urgent de se mettre au travail. Les premiers travaux ont concerné:

- la réfection de la charpente et de la toiture afin d'empêcher qu'il ne pleuve dans la maison. C'était en effet le cas depuis de nombreuses années

- la pose de tirants au niveau du premier et du deuxième étages traversant la maison de part en part pour retenir les murs prêts à s'écrouler. Les "S" qui correspondent aux tirants sont visibles sur la façade principale

undefined

Une fois ces travaux effectués, la maison n'était plus menacée mais beaucoup restait à faire. L'intérieur était rongé par l'humidité qui avait dévasté les plafonds, les planchers et imbibé le plâtre des murs.

A l'occasion des premières vacances d'été, les planchers du premier étage et du grenier ont été enlevés. C'était un travail amusant pour l'enfant que j'étais. Nous jetions les planches et le plâtre depuis les étages. Le tout s'entassait au rez de chaussée dans un vacarme assourdissant et des volutes de poussière. Je me souviens qu'il ne restait à la suite de ces travaux que les poutres et les solives entrecroisées sur deux étages. Mon frère et moi nous amusions à sauter d'une poutre à l'autre au grenier devant notre mère restée en bas, terrifiée...

Afin peut-être de rassurer nos parents, les solives défectueuses ont été changées et les planchers refaits à neuf. Les poutres ont été laissées apparentes et donnent une atmosphère particulière à la maison.

undefined

Après les planchers, nous nous sommes attelés aux murs. Ils ont été débarrassés de leur plâtre . Les pierres ont été nettoyées et les joints à base de sable remplacés par du mortier. Combien de vacances ont-elles été consacrées à cette tâche? Je n'en sais rien, mais ce travail s'est étalé sur de nombreuses années et n'est pas terminé à ce jour. Son résultat est cependant très appréciable et nous pouvons maintenant contempler ces vieilles pierres de grès.

Ces travaux ont été effectués en quasi-totalité par mes parents, mon frère et moi. Ils avaient pour objectif de sauver la maison, de la sauvegarder et de la respecter. Mes parents voulaient retrouver son esprit d'origine. Ils souhaitaient également utiliser des techniques qui se rapprochaient le plus possible de celles de l'époque de sa construction. Ainsi, pendant logtemps, le seul outil électrique admis était une simple scie circulaire... Ces principes n'ont pas empêché le "confort moderne" de faire son entrée dans la maison avec la réfection de l'électricité, du réseau d'eau et l'installation d'une salle de bains dans les années 1990.

Ces efforts fournis depuis tant d'années sont justifiés par les particularités que présente cette maison. Elle appartenait au "Tabélion" du village, sorte d'écrivain public et de notable local. Son architecture la distingue des autres maisons de ce village d'agriculteurs. Peut-être a-t-elle été une maison forte comme les meurtrières et la porte au premier étage de la façade pourraient le laisser entendre? Ce qui est certain, c'est qu'elle a accueilli naguère la poste du village. La boîte aux lettres et le guichet sont encore visibles aujourd'hui.

La Maison du Tabélion est enfin entourée de légendes: un souterrain en partirait pour aller soit à l'église, soit jusqu'à un château voisin. Des villageois se rappellent y avoir joué étant petits mais nous ne l'avons jamais trouvé. Je me souviens pourtant avoir cassé un mur de la cave donnant sur un passage qui était hélas bouché.  Il se raconte également qu'un trésor aurait été trouvé... nous sommes arrivés trop tard.

Au-delà de son histoire et de l'imagination qu'elle génère, la Maison du Tabélion attire les regards par son architecture. Une sorte d'élégance et de puissance se dégagent de sa façade d'apparence un peu sévère. Les fenêtres à meneaux sont l'élément distinctif de la maison. Elles lui donnent sa noblesse.

undefined
L'intérieur est caractéristique des demeures vosgiennes rurales tout en exprimant une certaine grandeur. La pièce principale - l'ancienne cuisine - possède de grandes dalles de grès au sol. Dans un coin se trouve l'ancien évier en pierre, taillé dans la masse. Une immense cheminée où l'on peut se tenir debout réchauffe et illumine la pièce.

undefined
Beaucoup d'autres éléments présentent un intérêt comme l'escalier en colimaçon en pierre, une petite lucarne sculptée dans une chambre, la charpente ou la cave voutée. 

J'aime beaucoup revenir à la Maison du Tabélion. Sa longue histoire me parle. Elle me rappelle aussi mon enfance. Je sais également depuis quelques temps, qu'une vocation est née là bas... 



Par JBB
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 3 janvier 4 03 /01 /Jan 17:03

De nouvelles photos sont à découvrir dans les albums suivants:

- Album "Edifices publics": bâtiments de l'octroi et abattoirs de Nancy

- Album "Du temps qui passe": entrepôt "Maurice Couleurs" et Compagnie Fermière de Vichy à Nancy

Par JBB
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 15 novembre 4 15 /11 /Nov 17:28

Théâtre de l'Arlequin

5

Mots-clefs : visiter, theatre, patrimoine, architecture

Ancien Théâtre désaffecté à l'architecture intéressante. Voir l'album "Le théâtre de Morsang sur Orge"
Publié dans : nomao
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Quelque photos

  • Lavric3.jpg
  • Croix-Rouge-rue-Chavez-Viry-Chatillon2.JPG
  • Avenue-P-ri-Juvisy2.JPG

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus